Miracles

San Charbel Makhlouf

Le don de la guérison

Charbel dans sa vie terrestre a découvert le mystère de l'amour de Dieu, suivant un chemin spirituel extraordinaire.
Jésus a fait beaucoup de guérisons et de miracles et a donné à ses vrais disciples le pouvoir de guérir les malades. Même ce fils bien-aimé a admirablement donné ce cadeau.

Rien n'est impossible à Dieu.

Sœur Marie-Abel Kamari la congrégation du Sacré-Cœur de Bikfaya, souffrant d'une forme sévère de l'ulcère du pylore qui l'a empêché de manger, instantanément guéri le 12 Juillet 1950 alors qu'il était en train de prier sur la tombe du saint. La guérison prodigieuse était fondamentale en raison de la béatification de Charbel.
Pour la sanctification a été présenté à la guérison miraculeuse de Myriam Aouad, de Mammana souffrant d'un cancer incurable de la gorge a été guéri en 1967.

Le jeune Najib Beik Al-Khoury a été frappé par la fièvre typhoïde, le père du médecin, compte tenu de la situation désespérée, il a appelé son père Charbel. L'ermite approché au chevet de l'enfant, déjà inconscient, prié pour lui. Immédiatement le jeune homme ouvrit les yeux et le reconnut. Le jeune homme avait parfaitement guéri.

Parmi Boutros Jawad de Mechmech, il souffrait de douleurs à la poitrine et de l'estomac pendant plusieurs années qui ont été à l'origine des difficultés respiratoires. Il était toujours très fatigué, malgré plusieurs traitements qu'il ne pouvait pas guérir. Quand le Père Chabel l'a béni, il s'est rétabli instantanément.

Moussa a affirmé que son fils Tannous, âgé de 8 ans, était muet depuis sa naissance. Il a été béni par le Père Charbel et à partir de ce moment, l'enfant a commencé à parler progressivement.

Marianne Nehme d'Ehmej souffrait depuis trois mois d'une perte de sang que les médecins ne pouvaient guérir. L'enferma avait une ceinture bénie et un voile suspendu à une peinture de Notre-Dame du Rosaire par le Père Charbel et la femme récupérée.

Ehmej Saba, après s'être marié fou, a cassé les couronnes du chapelet de sa femme, a déchiré ses vêtements, s'est déshabillé au milieu des champs. Ils ont décidé de le prendre du saint, qui était venu à l'ermitage avec difficulté, et Jabreal a refusé d'entrer dans l'église, en s'opposant à une résistance incroyable. Le père Charbel est sorti et lui a ordonné d'entrer, l'homme est devenu docile et a suivi le saint à l'église. Charbel a prié le malheureux et il s'est rétabli.

Bechara Antoun Al-Azzi, du village de Tabarja, était paralysé depuis son enfance. Transporté au couvent d'Annaya avant le cadavre du père Chabel, il se remet de l'étonnement et de l'émotion générale des assistants.

Maria Zwain après la naissance est tombée malade avec une maladie grave qui a dégénéré en paralysie du corps entier. En entendant parler des miracles du Père Charbel, il voulait aller à Annaya. Il a été transporté par un âne. Quand elle arriva au couvent, le supérieur lui donna l'eau avec laquelle elle avait lavé la main du saint et, devant les yeux des assistants, se mit à marcher.

En 1926, Youssef Nassif a certifié être guéri d'une forme sévère d'ophtalmie qu'il avait subie pendant trois ans. Tous les remèdes des médecins étaient en vain. Youssef pria le père Charbel de le guérir. Pendant dix jours, il a lavé ses yeux avec l'eau qui avait lavé la main du saint et incroyablement guéri.

Iskandar Nalm Obeid, de Baabdate qui, en 1937, avait perdu l'usage des deux yeux, il recouvra la vue alors qu'il était en train de prier sur la tombe de Saint Charbel Anaya. Ce guarigone est également revenu au processus de béatification.

Nouhad El Shami, une femme de cinquante-cinq à l'époque des faits, souffrant d'une hémiplégie (paralysie partielle) avec double occlusion de l'artère carotide. En janvier 1993, elle a vu deux moines dans son rêve à côté de son lit, et a reconnu Charbel Makhlouf qui lui a mis les mains sur le cou. Quand Nohad s'est réveillé, il a réalisé qu'il était complètement guéri et qu'il avait retrouvé la capacité de marcher. Depuis lors, les fidèles se réunissent à la célébration de la messe dans l'ermitage de Saint-Charbel le vingt-deuxième de chaque mois.

Hosn Mohair est né avec une jambe de cinq centimètres plus courte que l'autre, il boitait donc remarquablement. En allant un jour à Anaya sur la tombe du saint, il est retourné à la maison avec l'eau bénite et collection de la terre sur la tombe, et je les mélanger avec ce mélange frotté chaque jour sa jambe plus courte, malgré la famille a essayé de la dissuader. Sa foi a été récompensée et il a obtenu le miracle. Toutes les deux jambes étaient parfaitement de la même longueur. Depuis lors, la fille a réussi à marcher sans boiter. Les notables du village, Druses, qui la connaissait personnellement, ont publié des déclarations sous serment en 1950, témoin de cet événement prodigieux.

Iscandar Obeid de Babdat, serrurier de métier, frappé par un ruban de métal procuré l'œil décollement de la rétine lui faisant perdre la vue. Iscandar a décidé de confier à l'intercession de St Charbel après l'avis des médecins qui pensaient impossible de lui faire recouvrer la vue. Dans un rêve, il vit le Saint lui demandant d'aller à sa tombe et il obéit. Il l'a vu à nouveau dans un rêve cette fois les lieux saints dans l'œil qui ne voit pas la poussière et prévoit en même temps que guérir bientôt. Et le prodige se réalise et quand il se réveille, Iscandar retrouve la vue.

Nouhad El-Chami, âgé de cinquante-neuf ans, qui était infirme, prétendait avoir été guéri directement par le saint.

Phœnix, Arizona, une femme hispano-américaine de trente ans, Daphne Gutierrez, à l'âge de treize ans, elle a été diagnostiquée avec le syndrome d'Arnold-Chiari. En 2014, en raison d'un œdème papillaire du nerf optique, malgré une intervention chirurgicale, il avait perdu son œil gauche et, l'année suivante, il a perdu son œil droit et est resté complètement aveugle. Le 16 janvier 2016, elle s'est rendue à l'église locale de Saint Joseph, où une relique de Saint Charbel a été temporairement exposée. Le curé de l'église, Wissam Akiki, imposant ses mains sur sa tête, avait demandé la guérison par l'intercession de Saint Charbel. Le miracle s'est produit à cinq heures du matin le 18 janvier, Gutierrez sent les yeux qui piquent accompagnés d'une forte pression sur la tête et sur les yeux. Il s'est réveillé et a réalisé avec beaucoup de stupéfaction de voir. Trois jours plus tard, il a fait un examen ophtalmique qui a confirmé la guérison, considérée scientifiquement inexplicable par des médecins spécialistes.
Le 10 septembre 1996, Nadia Sader décrit dans un journal local comment elle a été guérie de sa maladie dégénérative après avoir bu une infusion de feuilles de chêne bénite par Saint Charbel.

Nombreux sont les miracles, les grâces, les faits prodigieux attribués à l'intercession de P. Charbel, dans le registre approprié conservé au couvent d'Annaya sont recueillis des centaines d'histoires. En plus des milliers de lettres de partout dans le monde qui témoignent des grâces reçues des fidèles et non seulement des chrétiens mais aussi des musulmans.

Un soir, il rentra tard et le supérieur de pénitence ne lui donna pas l'huile pour la lampe. Quand le Père Supérieur se retira dans sa chambre, il vit qu'une faible lumière venait de la cellule de Saint Charbel. En y pénétrant, il trouva le moine lisant les bureaux à la lumière de la lampe et demanda comment il avait obtenu l'huile. "Je n'ai pas mis de pétrole", a répondu San Charbel candidement "mais de l'eau". Incrédule Père Supérieur a pris la lampe, qui s'est immédiatement éteinte, et l'a vidée, vu qu'elle est réellement sortie, elle est seulement sortie de l'eau. Donc, avant de sortir, il s'est agenouillé.

Huit jours après sa mort, exactement la veille de Noël, une luminosité extraordinaire enveloppa sa tombe pendant quarante-cinq jours.
Des phénomènes extraordinaires se sont produits sur sa tombe. Cela a été ouvert et le corps a été trouvé intact et doux. Mis dans une autre boîte, et placé dans une chapelle spéciale, et puisque son corps émettait une sueur rougeâtre, les vêtements étaient changés deux fois par semaine. En 1927, après avoir entamé le processus de béatification, le cercueil fut de nouveau mis au jour. En février 1950, les moines et les fidèles ont vu un liquide visqueux dégouliner du mur de la tombe. En supposant une infiltration d'eau, devant toute la communauté monastique, le sépulcre fut rouvert: le cercueil était intact, le corps était encore mou et gardait la température des corps vivants. Le supérieur essuya la sueur rougeâtre du visage du saint avec un linge et son visage resta imprimé sur le tissu.

Tu es intéressé