Martin de Porres

Martino

Martin de la charité

(Lima, 9 décembre 1579 - Lima, 3 novembre 1639).

Béatifiée par le pape Grégoire XVI en 1837

Patron des œuvres de justice sociale du Pape Pie XII du Pérou en 1945.

Canonisé par le Pape Jean XXIII le 6 mai 1962.

Patronne des barbiers et coiffeurs par le pape Paul VI en 1966.

La mémoire luturgique a lieu le 3 novembre.

Vie de Juan Martín de Porres Velázquez

Né à Lima dans la vice-royauté du Pérou, le 9 décembre 1579, fils d'un chevalier blanc espagnol de l'Ordre d'Alcántara, résidant à Lima, Don Juan de Porres originaire de la ville de Burgos, et d'une servante panaméenne d'origine africaine qui après avoir été libérée, elle a adopté le nom d'Ana Velázquez. Son père de rang noble ne pouvait pas épouser une femme aussi pauvre et, pendant un certain temps, ne voulait pas reconnaître le fils mulâtre né de cette relation. Deux ans plus tard, en 1581, Juana est née, seule sœur de Martín. Après cette naissance, le père a quitté la famille.

Juan Martín a été baptisé le 9 décembre 1579 dans l'église de Saint-Sébastien à Lima, dans la même pile baptismale dans laquelle se trouvait Saint Rosa de Lima sept ans plus tard.

Ana Velázquez a donné à ses deux enfants une éducation chrétienne minutieuse. Pour Martin, son enfance n'était pas heureuse, pour être mulâtre, il était méprisé par la société. Il a dû vivre des difficultés avec sa mère et sa petite sœur Juana.

Lorsque son père a atteint l'âge de huit ans, voyant la situation précaire dans laquelle ses enfants grandissaient sans père ni professeurs, il a décidé de s'occuper de leur éducation. Il les a reconnus comme ses fils devant la loi, puis il les a emmenés avec lui à Guayaquil en équateur, où les deux frères ont pu vivre avec plus de sérénité et de confort.

Il est resté avec eux pendant quatre ans, puis a reçu le poste de gouverneur de Panama par le comte de Villar, il a dû se préparer à se rendre dans cette localité. Je laisse sa fille Juana à Guayaquil et emmène Martin à Lima chez sa mère, lui laissant le nécessaire pour la nourriture et l'éducation.

À l'âge de douze ans, Martin entre comme apprenti au salon de coiffure de Marcello di Rivera, ajoute-t-il, s'occupant de Matteo Pastor et Francesca Velez Michel ses voisins qui étaient pharmaciens, sa passion pour la médecine et, en tant qu'assistant, comme dentiste. Dans cette période, il apprend ainsi le métier de barbier, chirurgien, médecine générale, à lire et à écrire.

En 1586, à l'âge de quinze ans, il entend l'appel du Seigneur et accepte l'invitation du célèbre moine dominicain Giovanni di Lorenzaga et entre au couvent de Notre-Dame du Rosaire, une maison d'étude de la philosophie et de la théologie. Martin de Porres a été accueilli comme un "donateur» une sorte de domestique voué aux plus modestes métiers qui le voyait constamment un balai à la main dédié au nettoyage. A quatre heures du matin, la cloche sonna pour que tous les frères se lèvent.

En 1591, de l'archevêque de Lima, Santo Toribio Alfonso de Mogrovejo dans la cathédrale de Lima, il reçut la confirmation.
En 1603, à l'âge de vingt-quatre ans, pour son dévouement à l'Ordre et son précieux travail au couvent, il convainc ses supérieurs de lui faire faire sa profession solennelle de frère mineurs conventuels.

En prononçant des vœux de pauvreté, d'obéissance et de chasteté, Martin de Porres a donné à sa vie un tournant plus ascétique, a passé de longues heures devant le Saint Sacrement, médité sur la passion de Jésus, et en 1633 et a eu le don de l'extase et a terre. Pendant plusieurs heures, il subit de sévères pénitences et même des flagellations nocturnes avec un sac. Il se fouettait deux fois par jour avec un fouet à trois cordes avec une pointe de fer et apaisait les blessures avec du vinaigre. Une fois par jour, il se frappait les jambes et les pieds avec des bâtons. En se flagellant lors d'une procession, ils le virent accompagné de quatre beaux anges.

Il mangeait très peu et ne dormait pas plus de trois heures dans l'après-midi.

Martin s'est progressivement imposé à la fois pour sa sagesse et en tant que guérisseur, de nombreuses personnes de haut rang comme le gouverneur et le vice-roi se sont adressées à lui pour obtenir des conseils, ou pour un examen médical rapide. Souvent, il entreprit de soulager les conditions des pauvres, en particulier les Indiens. Grâce à ses connaissances médicales, son engagement a été énorme lorsque la peste a frappé la ville de Lima. Il semble qu'à cette occasion il prit soin de soixante frères.

Sa sainteté se manifestait dans l'amour de son prochain et la pureté de sa vie, en particulier dans les soins qu'il prodiguait aux pauvres et aux malades comme infirmier, jardinier et herboriste. Fra Martin cultivait les plantes médicinales qu'il utilisait pour soulager les malades. Il a pratiqué la charité jour et nuit. Il a soigné des malades. Il a fait l'aumône aux Espagnols, aux Indiens, aux Noirs et aimait tout le monde avec un amour singulier. La loge du portier du couvent était un enchevêtrement d'humbles soldats, indiens, mulâtres et noirs, auxquels il aimait à répéter: "Il n'y a pas de plus grand goût que de donner aux pauvres». Il a impliqué sa sœur Juana qui avait, en plus d'une bonne condition sociale, un domaine, pour accorder un abri aux pauvres.

Martin a fait construire le pensionnat de Santa Cruz pour les enfants pauvres, un type d'institution qui était parmi les premiers en Amérique et de nombreux enfants ont quitté la rue et ont trouvé un accueil généreux.

Elle a toujours utilisé une robe blanche avec une longue cape noire. Le Prieur, dans une circonstance particulière, l'a forcé à recevoir un nouveau costume et quand un confrère l'a complimenté sur le nouveau costume, Martin, en riant, a répondu: "Avec cela, ils m'enterreront"" et en effet il en fut ainsi. Martin a suivi, en les faisant siennes, des modèles de sainteté de Saint-Domingue de Guzmán, San José, Santa Caterina da Siena et San Vicente Ferrer.

Il mourut le soir du 3 novembre 1639, entouré de frères en prière. Le lendemain, avec la participation de Feliciano de Vega, archevêque de Mexico, et des autorités de la ville, le corps a été enterré dans la crypte sous la salle capitulaire.

C'était le 3 novembre 1639 lorsque Martin s'aperçut qu'il était proche de quitter cette terre pour s'envoler vers le ciel en présence de Dieu, il demanda aux frères qui l'entouraient de chanter le credo, et mourut. A l'occasion de ses funérailles, une foule immense a voulu le voir pour la dernière fois et beaucoup ont témoigné qu'un "grand parfum" exhalait de son corps. Son corps a été porté en procession sur les épaules de Feliciano de la Vega (archevêque du Mexique), Pedro de Ortega Sotomayor (doyen de la cathédrale de Lima et plus tard l'évêque de Cusco), Juan de Peñafiel (auditeur de l'audience royale) et Juan de Figueroa Sotomayor (membre du conseil et plus tard maire de Lima), entre autres caractéristiques remarquables présentes au moment de l'inhumation. Le corps a été enterré dans la crypte sous la salle capitulaire.

Tu es intéressé