Rita de Cascia


Homélie

Rita

Cardinal Angelo Sodano

Samedi 20 mai 2000. Pèlerinage des dévots de sainte Rita de Cascia

Chers concélébrants, frères et sœurs dans le Seigneur.

Rejoignez-nous

Une présence de Dieu

En entrant sur cette belle Place Saint-Pierre, vous avez chanté l'hymne du Saint : "Chaque saison du monde / passe par une nuit / et l'homme se sent toujours / perdu et enfantin, / il ressent le besoin d'étoiles, / signes d'amour dans le ciel, / et le Seigneur les allume, / dans le ciel au-dessus".

Sainte Rita est un signe de cet amour de Dieu. L'histoire de l'Église est marquée par tant de figures merveilleuses d'hommes et de femmes qui sont devenus pour nous une preuve de la puissance sanctifiante de la grâce du Christ et un encouragement à poursuivre notre chemin..

C'est aussi le message que Sainte Rita de Cascia transmet depuis plus de cinq siècles à de nombreux hommes et femmes en Italie et dans le monde. C'est le message de sainteté qui peut s'épanouir dans toutes les conditions sociales. C'est le message de la conformité totale à la volonté de Dieu, même à l'heure de la douleur.

Abandon en Dieu

Dans l'Évangile, nous avons entendu les paroles de Jésus: "Mon Père émonde toute branche qui porte du fruit, afin qu'elle en porte davantage". (Jn 15, 2). La taille à laquelle a été soumise la jeune Rita da Cascia a été très profonde. Mais elle s'est abandonnée totalement entre les mains du Seigneur. Comme le dit l'inscription sur l'urne dans laquelle elle repose, "tucta allui se diete", elle s'est donnée entièrement à lui. Pour Jésus, elle a vécu et travaillé. Comme le Crucifié, elle a souffert et a pardonné, se souvenant toujours des paroles de Jésus sur la croix : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font". (Lc 23, 34).

C'était sa spiritualité en tant que mariée et en tant que mère. Telle fut son attitude intérieure pendant les longues années - une quarantaine - passées au monastère de Sainte Marie-Madeleine. Elle a su trouver dans la prière le souffle de l'espérance et dans l'abandon entre les mains de Dieu le Père le secret de sa sérénité dans chaque épreuve.
C'est ainsi que nous la voyons confrontée au meurtre de son mari et à la tragédie de la peste qui la prive de ses enfants. C'est ainsi que nous la contemplons dans la paix du couvent, dans une adhésion totale à la volonté de Dieu. Avec Dante, le Saint aurait pu répéter: "In sua voluntate est notre paix".

Comme au ciel

Dans les trois premières questions du "Notre Père", Jésus nous invite à élever notre regard vers le Père : vers son Nom, vers son Royaume, vers sa Volonté, vers cette Volonté qui doit se réaliser sur la terre comme elle se réalise au ciel. Saint Jean Chrysostome a commenté: "pour que la terre ne soit pas différente du ciel" (homélie sur Saint Matthieu 19,5).

À l'école de saint Augustin, notre saint avait appris à voir en Jésus le modèle parfait d'adhésion à la volonté du Père. En effet, nous lisons chez saint Augustin, dans son commentaire sur le "Notre Père": "Nous pouvons aussi, sans offenser la vérité, donner aux mots: "Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel" ce sens: Que ta volonté soit faite dans l'église comme en notre Seigneur Jésus-Christ, que ce qui est fait dans l'Époux soit fait dans l'Épouse, qui a fait la volonté du Père". (De Sermone Domini in monte, 2, 6).

Nos roses

Chers dévots de Sainte Rita, vous êtes venus ici pour célébrer votre jubilé. Beaucoup ont également apporté avec eux une rose, la fleur si chère à notre Sainte et qui représente si bien l'idéal de sa vie: tout par amour, rien que par amour. Mais la plus belle rose que nous pouvons apporter avec nous aujourd'hui est celle de notre amour pour le Christ et sa Sainte Église. Ce sera le plus beau fruit du Jubilé.

C'est dans cet esprit que notre Sainte, avec les autres Augustines de son couvent, est venue ici sur la tombe de Saint Pierre à l'occasion de la canonisation du Frère Nicolas de Tolentino le 5 juin 1446. Ici, elle avait renouvelé sa foi et était renouvelée dans la prière. Qu'il en soit de même pour vous tous.

Conclusion

Vous rentrerez ainsi chez vous en emportant avec vous le souvenir de cette journée lumineuse, réconfortés aussi par la bénédiction du Pape, qui sera bientôt parmi nous.

Le pape Urbain VIII, qui, en tant qu'évêque de Spolète, avait bien connu le rayonnement spirituel qui émanait de la grande figure de la religieuse de Cascia, la proclama bienheureuse le 1er juillet 1628. Le pape Léon XIII l'a canonisée au début de ce siècle, le 24 mai 1900.

Jean-Paul II s’unira bientôt à notre prière commune, afin que la grande Sainte de Cascia continue à intercéder pour nous tous, afin que nous puissions être fidèles à notre vocation chrétienne, en transmettant le flambeau de notre foi aux générations du Troisième Millénaire. Et ainsi soit!