St. Augustine

lotta

Gratuit

Qui est l'esclave du péché où il fuit? Partout où il va, il prend derrière lui.

La mauvaise conscience ne peut pas échapper à elle-même; En effet, il ne se dissocie jamais, car le péché qu'il a commis l'a toujours conduit derrière lui. Il a commis le péché pour procurer du plaisir corporel; le plaisir est passé, le péché; ce qu'il aimait était parti, il y avait du regret.

Libéré du péché

Esclavage lamentable! Tournons-nous tous vers Christ, invoquons le péché de la délivrance de Dieu.

Seul le Seigneur peut nous libérer de cet esclavage: celui qui n'a pas souffert nous libère parce qu'il est le seul qui soit entré dans cette chair sans péché ... car il ne peut que se libérer du péché qui est venu sans péché et est fait une victime pour le péché.

C'est notre espérance, ou frères, qui libèrent celui qui est libre, et nous libère de ses esclaves. Nous étions des esclaves de la gourmandise, et, libérés, nous devenons des esclaves de la charité ... Votre volonté sera libre si elle est bonne. Vous serez libre si vous êtes un esclave: libre du péché, l'esclave de la justice.

Il est inévitable que le péché soit dans vos membres; qu'il prenne au moins le royaume, ne fais pas ce qu'il commande. La colère prendra-t-elle fin? Ne permettez pas à la colère de maudire, ne donnez pas de la colère à votre main ou votre pied pour frapper. Cette colère déraisonnable ne se poserait pas s'il n'y avait pas de péché dans vos membres; mais dépouillez-le du pouvoir, afin qu'il ne puisse pas avoir d'armes pour se battre contre vous: quand il n'aura plus d'armes, il cessera d'émerger. Sois fidèle au service de Dieu, dans la liberté du Christ; soumettez votre esprit à la loi de votre Dieu, ne suivez pas vos convoitises, suivez les renforts; et comment les renforcez-vous comme vous pouvez les gagner? Comment pouvez-vous gagner vos ennemis, si vous les nourrissez avec la même force?

La première liberté consiste à être libre de crimes. Sois prudent, mes frères, fais attention à ce que c'est maintenant et à ce que sera cette liberté dans le futur. En effet, cela peut être un dans cette vie, même s'il mérite le nom de justice, ce n'est pas sans péché. Il est vrai qu'on a dit à beaucoup qu'ils étaient justes et irréprochables, mais dans le sens qu'aucun crime ne pouvait être réprimandé; et il ne semble pas juste, en tant qu'hommes, de faire des reproches à ceux qui ne sont pas des criminels. Mais Dieu ne condamne pas certains péchés, justifiant et louant les autres; personne ne l'approuve, et tout le monde les trompe. Tout comme un médecin déteste la maladie du malade et fait tout pour éliminer la maladie et libérer le malade, Dieu avec sa grâce agit en nous pour éteindre le péché et libérer l'homme. Mais quand demandez-vous, le péché sera-t-il éliminé? Si c'est limité, pourquoi n'est-il pas supprimé? Il se limite à la vie de ceux qui sont en mouvement et est éliminé dans la vie de ceux qui ont atteint la perfection. Quand on commence à n'avoir aucun péché sérieux - et aucun chrétien ne doit en avoir - il commence à lever la tête vers la liberté; mais ce n'est que le début de la liberté, pas la liberté parfaite.

Libre des passions

Pourquoi, demandera-t-on, n'est-ce pas la liberté parfaite? Parce que "je sens dans mes lèvres une autre loi en conflit avec la loi de ma raison", donc "non pas ce que je ferais mais ce que je déteste" (Rm 7,23,19). La liberté partielle, l'esclavage partiel: pas encore complet, pas encore pur, pas encore plein, c'est la liberté, car nous ne sommes pas encore dans l'éternité. En partie, nous conservons la faiblesse, et en partie nous avons atteint la liberté. Tous nos péchés dans le baptême ont été détruits; Mais la faiblesse a-t-elle disparu quand l'iniquité a été détruite? Si elle avait disparu, elle vivrait sur une terre sans péché. Qui osera dire ceci sinon qui est superbe, sinon qui est indigne de la miséricorde du libérateur, sinon qui se trompera lui-même et où il n'y a pas de vérité? Maintenant, puisqu'il y a une faiblesse en nous, je dis que dans la mesure où nous servons Dieu, nous sommes libres, mais dans la mesure où nous suivons la loi du péché, nous sommes esclaves. L'Apôtre confirme ce que nous disons: "Selon l'homme intérieur, je prends plaisir à la loi de Dieu"
(Rm 7,22).

Nous sommes libres comme nous nous plaisons dans la loi de Dieu: c'est la liberté qui proclame cette joie. Quand vous trouverez votre joie en Dieu, vous serez libre. N'ayez pas peur de la punition, il aime la justice. Dans cette partie où la justice était incomplète, Paul sent un esclave, et où il se délecte de la loi de Dieu, il ne se sent pas esclave mais un ami de la loi; et être un ami est donc gratuit. Que devrions-nous faire à la faiblesse qui reste en nous? Nous nous tournons vers celui qui dit: "Si le Fils te relâche, tu seras vraiment libre. A lui, il s'adresse au même apôtre,: "0h malheureux, qui me délivrera de ce corps de mort? La grâce en s'écriant de Dieu par Jésus Christ notre Seigneur".

L'âme vit en évitant les choses qui essaient de mourir. Abstenez-vous de la férocité inhumaine de l'orgueil, de la convoitise paresseuse de la luxure, du nom trompeur de la science, des foires ennuyeuses, des animaux dociles, des serpents inoffensifs, expressions allégoriques des sentiments de l'âme. Le libre arbitre sera aussi libre qu'il sera aussi sain et sain qu'il sera plus soumis à la miséricorde divine et à la grâce.

L'année où vous poursuivez ici essaient de mourir. Abstenez-vous de la férocité inhumaine de l'orgueil, de la convoitise paresseuse de la luxure, du nom trompeur de la science, des foires ennuyeuses, des animaux dociles, des serpents inoffensifs, des expressions allégoriques des sentiments de l'âme. Les menteurs de la soirée aussi libre ce soir-là aussi sain et sauf ce soir-là plus soumis à la miséricorde divine et à la grâce.

Si tu es intéressé