Biographie

#

Sainte Catherine

Pierre Labouré, un ancien séminariste, épousa Louise-Magdelaine Gonterd en juin 1793, avec qui elle éleva dix-sept enfants en vingt-deux ans.

Seuls onze d'entre eux ont survécu.

Vie d'une Sainte Mystique

(1806 - 1876)

Sur la ferme Fain située à Fain-les-Moutiers - France - le 2 mai 1806 naît un beau bébé qui sera enregistré sous le nom de Catherine, qui dans la famille s'appellera Zoé. Trouvez trois frères et deux sœurs comme compagnons de jeu, mais dès qu'ils sont capables d'aider, ils sont dirigés vers la cuisine, la couture, la traite et toutes les activités domestiques. Elle n'a que neuf ans quand il lui manque la mère qui était l'épine dorsale de la famille. Elle est donc envoyée avec sa sœur Marie-Antoinette chez un oncle, où ils restent pendant environ deux ans, livrés à eux-mêmes.

De retour à la maison, elle prend la place de sa mère pour diriger la ferme et elle n'a que onze ans. Il se lève à l'aube et se couche tard: en plus de la traite, il s'occupe de la laiterie, où beurre et fromage sont préparés. Elle s'occupe également du poulailler, des fruits et légumes, des repas pour animaux et des hommes. Malgré son adolescence, elle gère avec autorité les jeunes paysans, les garçons des écuries, les domestiques et les ouvriers.

Il a un très rare équilibre moral. Elle court souvent dans l'église pour s'agenouiller pendant une longue période dans l'humidité et le froid devant l'autel, de sorte qu'elle contracte une arthrose qui la fera souffrir toute sa vie. Ne mangez ni vendredi ni samedi. La religieuse, réunie dans la chapelle des Filles de la Charité, l'aidera à prier et à contempler. Sa vocation, entre seize et dix-huit ans, continuera de croître en silence.

A dix-huit ans, elle a un rêve prophétique, où un vieux prêtre l'informe que Dieu a des projets pour elle. Elle découvrira plus tard que ce prêtre est San Vincenzo de Paoli. À 19 ans, Catherine est toujours analphabète et son père l'inscrit dans un institut de Châtillon, où elle est obligée de suivre des cours élémentaires avec des filles de dix ans qui la considèrent stupide. Vous êtes mal à l'aise de ne pas apprendre et de quitter le cours.

De retour chez elle, elle reprend sa vie habituelle, mais a le désir de devenir religieuse dans son cœur. Quand elle atteint l'âge de vingt et un ans, elle annonce à son père le désir d'entrer chez les Filles de la Charité, elle reçoit un refus. Il l'envoie à Paris pour trouver des distractions, puis à Châtillon pour faire une culture, mais tout est inutile.

À l'âge de vingt-quatre ans, le 22 janvier 1830, Catherine Labouré commence son postulat de trois mois avec les Filles de la Charité, où elle apprend à lire, à écrire et à servir les pauvres.

Le 21 avril, elle entre dans la maison mère rue du Bac pour porter la robe de novice. Elle est immédiatement destinée à accomplir des tâches difficiles. Elle se réveille à quatre heures du matin, mais les privations et les difficultés ne coûtent pas cher.
Le 25 avril est le jour du transfert des reliques de San Vincenzo de' Paoli et le cercueil restera exposé à la vénération des fidèles pendant une semaine. Catherine perçoit la présence du Saint et parle avec lui. Dans cette circonstance et pendant trois jours de suite, il apparaît dans un petit reliquaire de la chapelle des religieuses de la rue du Bac, au cœur de San Vincenzo.

Quelques jours s'écoulent et Catherine voit l'Hostie consacrée que le célébrant tient dans ses mains, se transformant en visage du Christ, un phénomène qui durera jusqu'à la fin de son noviciat. Le miracle eucharistique du 6 juin 1830 le révèle au Christ Roi, mais le confesseur classe les visions de Catherine comme des absurdités.

Dans la nuit du 18 juillet 1830, Catherine est réveillée par un ange réveillé dans les traits d'un enfant vêtu de blanc qui la conduit à la chapelle de la maison mère. L'entretien dure plus de deux heures. Après les annonces personnelles, il ouvre le livre du futur et annonce des temps difficiles pour la France ainsi que la mort de l'archevêque de Paris à quarante ans. Catherine confie à son confesseur ce qu'elle a vu, mais le père Aladel refuse de croire ces prophéties catastrophiques. Cependant, les paroles de la Vierge trouveront une confirmation dans l'insurrection de Paris.

Quatre mois s'écoulent et le 27 novembre, la Vierge réapparaît pendant que Catherine est dans la chapelle en prière. Alors que la vision coule, une voix intérieure lui dit: "Faites graver une médaille sur ce modèle." Le père Aladel a informé Catherine de sa vision en tant que fille exaltée.

Après quelques jours, et nous sommes au mois de décembre, Catherine, comme à son habitude, se met à prier dans la chapelle. La Vierge réapparaît pour confirmer et impressionner l'esprit du visionnaire qu'elle a vu lors de la précédente apparition. Elle l'informe enfin qu'elle ne la verra plus mais entendra sa voix pendant les prières.

Après le noviciat Catherine, le 31 janvier 1831, quitte la rue du Bac pour entrer dans l'hospice d'Enghien non loin de la rue du Bac, une maison qui ne partira jamais que pour une courte période.
En automne, Catherine commence à entendre, pendant les prières, les locutions intérieures mystérieuses. La Vierge insiste pour que Catherine parle au père Aladel afin de réaliser la médaille. Ce n'est qu'après l'intervention de l'archevêque de Paris Quélen qui donne son consentement à la médaille et à sa diffusion que le père Aladel décide de procéder. Les premiers modèles seront disponibles début mars 1832, deux années ont passé en vain.
Le choléra éclate à Paris et de nombreuses victimes meurent, la médaille est distribuée et s'avère être une aide contre le choléra et tous les maux physiques qui le qualifient de "Médaille Miraculeuse". Vingt millions d'exemplaires sont distribués en deux ans et le succès ne cesse d'augmenter, c'est un triomphe populaire. Catherine, cependant, continue une vie cachée et silencieuse, prend soin des personnes âgées et les convertit.

Dans les églises, les statues et représentations des apparitions de 1830 se multiplient, l'évêque de Paris Quélen vénère la "Dame de la médaille miraculeuse" et obtient du pape Grégoire XVI la célébration de la fête de l'Immaculée Conception le 8 décembre à Paris.

Le 30 juin 1848, Catherine a une vision intellectuelle de la "croix de la victoire" et en précise les détails pour sa réalisation pratique. Le choléra revient à Paris d'abord en 1849, puis en 1850. Pour Catherine Labouré, la main-d'œuvre augmente considérablement.

En 1860, une novice nommée Blaisine arrive dans la maison, une psychopathe de vingt et un ans avec un personnage impossible à supporter. Cela restera comme un auxiliaire séculier, ce sera l'aide de Catherine, mais cela produira toujours des catastrophes, et Catherine devra remédier aux actes répréhensibles et il en sera ainsi jusqu'à sa mort. également en cette année, mais en octobre, elle devient sœur supérieure, sœur Dufès, une femme autoritaire et facile à la colère. Il connaît le secret de Catherine et pour un fait exploitable, il va la maltraiter, la persécuter avec une fureur acharnée, elle est consciente du dépassement des limites mais ne peut pas se contrôler. Le harcèlement augmente avec le temps et d'autres religieux commencent à les persécuter également.

En 1870, Napoléon III capitula à Sedan et la République fut proclamée. La France assaillie par les Prussiens se transforme en champ de bataille, le siège de Paris durera toute une année. La maison mère est transformée en salle d'urgence et Catherine devra garantir sans effort 1200 repas par jour. Il va vers la guerre civile avec violence, exécutions sommaires fomentées par la haine envers les classes riches.

Le 30 avril, la situation devient intenable et les sœurs doivent quitter la Maison mère. Catherine prédit toutefois la fin de la révolte avant le 31 mai. Avant la fin, le 30 avril, l'archevêque de Paris, Mgr Darboy, sera exécuté par les révolutionnaires, comme cela avait été prédit. Et beaucoup furent les victimes parmi les religieux.

En janvier 1874, Marie-Antoinette, sa sœur, entre dans le coma, mais Catherine la réveille suffisamment de temps pour saluer ses proches et la laisser une heure plus tard pour se glisser doucement dans la mort. Il a obtenu cette extension de la Vierge Marie. En décembre de la même année, elle fut renvoyée sans égard du directeur de la maison de retraite. Cette décision déclencha des protestations et des rivalités entre les religieuses, mais elle se recomposa.

Catherine a soixante-neuf ans, nous sommes en 1875, et les accès de rhumatisme sont aggravés, rendant tout mouvement douloureux. Des problèmes cardiaques, une angine de poitrine, la laissent à bout de souffle et même souffrent d'asthme.
Le 10 avril 1876, Catherine écrit sur papier la vision de la Vierge avec le globe, l'envoie aux supérieurs mais ne se fait pas entendre, désespérée de ne pas avoir exaucé les souhaits de la vierge, elle se tourne vers sa sœur supérieure, Suor Dufé, et ce, en trois semaines seulement. Pour déverrouiller une histoire qui a duré quarante-six ans. Il fait une statue de la vierge qui tient le globe terrestre entre ses mains et l'offre à son fils.

En septembre, les problèmes cardiaques s'aggravent, les crises qui l'obligent à se coucher se succèdent, mais elle sent intimement qu'elle vivra jusqu'à la fin de l'année. En décembre, un pouls est libéré et l'impression d'être inutile le démoralise en lui enlevant ses dernières énergies. Elle doit rester au lit, mais la religieuse qui doit apporter ses repas, ses médicaments et allumer le feu est presque toujours oubliée. Elle est donc privée de tout, même du nécessaire. Ils la laissent seule toute la journée.

Le 30 décembre, Catherine demande l'extrême-onction même si tout le monde pense que c'est trop tôt, mais elle insiste. Le 31, à six heures et demie, les religieuses se rendent compte que Catherine est en train de mourir, la communauté s'agenouille au chevet de la mourante et aux invocations de la médaille miraculeuse, Catherine s'abandonne sans souffrir dans les bras de la Mère céleste.

Il fut béatifié par Pie XI le 28 mai 1933 et canonisé par Pie XII le 27 juillet 1947: ses reliques reposent dans la chapelle où il est apparu. La fête liturgique des familles vincentiennes est instituée le 28 novembre.

Tu es intéressé