Purgatoire

Temi monastero

Maria Simma

Quelques brèves notes remis à son évêque, Mgr Franz Tschann, Feidkirch auxiliaire (1 935) de p. Alfonso Matt curé de la Seer

Notes biographiques

Maria Agata Simma, est né le 5 Février 1915 à Sonntag (Vorarlberg). Sonntag est situé à l'extrême bord de Großwalsertal, à environ 30 km. Est de Feldkirch, en Autriche. Le père de Maria Simma, Giuseppe Antonio, était le fils du Lion du propriétaire de l'auberge (Lowe), lui aussi appelé Giuseppe Antonio, et sa femme Anna Pfisterer de Sonntag.

Pendant des années, il a gagné sa vie comme gardien, puis comme un fermier de son frère Johann Simma, un fermier à Bregenz, où il a rencontré Aloisa Rinderer, fille d'un employé de chemin de fer qui Johann avait pris avec eux et élevé. Joseph l'a épousée malgré une différence d'âge de 18 ans.

Ils sont allés vivre près Sonntag. Pendant la Première Guerre mondiale, il était postier, alors cantonnier et ouvrier, puis a pris sa retraite. Avec sa femme et ses huit enfants sont allés vivre dans une maison qui avait été donnée dans un testament par un bon vieillard, Franz Bickel, un maître charpentier.

En raison de la grande pauvreté dans la famille, les enfants étaient consacrés au service très jeune et a dû gagner leur vie: les garçons comme travailleurs et les filles comme nounous. Maria Simma était, dans sa jeunesse, très pieuse et assidue ont assisté les données des cours d'éducation religieuse de son guéri, dr. Kari Fritz.

Après l'école primaire, il partit pour souabe, plus tard pour, Nenzing et Lauterach. Il voulait devenir nonne; mais trois fois, elle a vu envoyer à la maison, à cause de sa faible constitution.

Sa tenue pour le couvent avait déjà partiellement supplié et partiellement gagné seul. Pendant trois ans, il était en service à Feldkirch, la maison Saint-Joseph. Après avoir été hors de Gaissau qu'il tenait à la maison de son père et a pris soin de l'église. Depuis la mort de son père en 1947, vit seul dans la maison du père. Pour répondre aux besoins des offres de la vie avec le jardinage. Il vit de la pauvreté et ainsi est aidé par des personnes charitables.

Ses trois séjours dans le couvent se sont formés et ont fait des progrès spirituellement, elle se prépare à son apostolat en faveur des âmes du purgatoire. Sa vie spirituelle se caractérise pour l'amour filial envers la Sainte Vierge et le désir d'aider les âmes du Purgatoire, mais aussi de l'aide par tous les moyens les missions.

Elle a consacré sa virginité à Notre-Dame et a fait la consécration à Marie de Saint Grignion de Montfort en faveur surtout des morts, il a également offert à Dieu, ce qui rend le vote comme une "victime" de l'amour et d'expiations.

Maria Simma a trouvé maintenant, il semble, la vocation que Dieu a assigné: pour aider les âmes du purgatoire par la prière, la souffrance et de l'apostolat expiations. Depuis l'âge du nazisme a aidé à préparer les enfants à la confession et le catéchisme de la première communion, en leur donnant une éducation religieuse complémentaire et de démontrer, dans cette tâche, un vrai talent et un "savoir-faire".

Il pourrait t'intéresser