Catéchèse

#

Jean-Paul II

1. Comme nous l'avons vu dans les deux catéchèses précédente, basée sur l'option définitive pour ou contre Dieu, l'homme est confronté à l'une des alternatives: soit à vivre avec le Seigneur dans la béatitude éternelle, ou de rester loin de sa présence. Pour ceux qui sont à l'état ouvert à Dieu, mais imparfaitement, le chemin vers la pleine béatitude nécessite une purification, que la foi de l'Eglise illustre dans la doctrine du « purgatoire"
(Cf. Catéchisme de l'Eglise catholique, 1030-1032).

Catéchèse sur Purgatoire

Mercredi, 4 Août 1999.

La réponse réside dans les traces que l'histoire nous a laissées.

2. Dans l'Ecriture, ils peuvent saisir certains éléments qui aident à comprendre le sens de cette doctrine, alors que pas formellement décrit. Ils expriment la conviction que nous ne pouvons pas nous approcher de Dieu sans subir une sorte de purification. Selon l'Ancien Testament la loi religieuse, ce qui est destiné à Dieu doit être parfait. En conséquence, l'intégrité physique est également requise pour les spécifiquement des réalités qui entrent en contact avec Dieu au niveau du sacrifice, comme par exemple, les animaux sacrificiels (cf. Lv 22,22) ou sur le plan institutionnel, comme dans le cas des prêtres, des ministres le culte (cf. Lev 21,17 à 23). Pour cette intégrité physique doit être un engagement total, l'individu et la communauté (cf. 1 Rois 8,61), le Dieu de l'alliance dans la lignée des grands enseignements du Deutéronome (voir 6.5). Il est d'aimer Dieu de tout son être, avec la pureté du cœur et le témoignage des actes.
(cfr ivi, 10,12s).

La nécessité d'une intégrité devient évidemment nécessaire après la mort, pour entrer en communion parfaite avec Dieu. Ceux qui ne possèdent pas cette intégrité doivent subir une épuration. Un texte de saint Paul suggère. L'apôtre parle de la valeur de chacun, qui sera révélé le jour du jugement, et dit: "Si le travail qu'il a construit sur les fondations [qui est le Christ] survit, il recevra une récompense, mais si le "Le travail est brûlé, il souffrira encore lui-même sera sauvé, mais comme par le feu".
(1 Cor 3,14-15).

3. Pour parvenir à un état d'intégrité parfaite est parfois nécessaire intercession ou à la médiation d'une personne. Par exemple, Moïse obtient le pardon pour le peuple avec une prière dans laquelle il rappelle l'œuvre salvatrice fait par Dieu dans le passé et appelle à sa fidélité au serment fait à ses ancêtres (cf. Ex 32,30 et vv. 11-13). La figure du Serviteur du Seigneur, décrite dans le Livre d'Isaïe, se caractérise aussi par son rôle de l'intercession et pour beaucoup expiations; à la fin de ses souffrances, il "verra la lumière" et "justifiera beaucoup d'hommes", en prenant sur lui leur iniquité.
(cfr Is 52,13-53,12, spéc. 53,11).

Psaume 51 peut être considéré, selon l'Ancien Testament, comme une synthèse du processus de réintégration: le pécheur confesse et reconnaît sa culpabilité, en demandant avec insistance à purifier ou "lavé"
(vv. 4.9.12.16) pour annoncer la gloire divine (v. 17).

4. Dans le Nouveau Testament Christ est présenté comme l'intercesseur qui assume les fonctions de grand prêtre le jour de l'expiation (cf. He 5,7; 7,25). Mais en lui le sacerdoce est présenté sous une forme nouvelle et définitive. Il ne vient qu'une fois dans le sanctuaire céleste d'intercéder devant Dieu en notre nom (Heb 9,23 à 26, Spec. 24). Il est à la fois prêtre et victime expiatoire "pour les péchés du monde entier (cf. Jn 1 2,2). Jésus, comme le grand intercesseur qui expie pour nous, est pleinement révélé à la fin de notre vie, quand il est exprimé par l'offre de la miséricorde, mais aussi à l'arrêt inévitable pour ceux qui rejettent l'amour et le pardon du Père. L'offre de la miséricorde n'exclut pas le devoir de tout pur et devant Dieu, riche en cet amour que Paul appelle un « lien de la perfection"
(Col 3,14).

5. Au cours de notre vie terrestre suivant l'exhortation évangélique d'être parfait comme le Père céleste (cf. Mt 05:48), nous sommes appelés à grandir dans l'amour, pour être son et sans défaut devant Dieu le Père "à la venue de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints" (1 Thess 3,12s.). D'autre part, nous sommes invités à "nous purifier de toute souillure du corps et de l'esprit" (2 Co 7,1; cf. Jn 1 3,3), parce que la rencontre avec Dieu exige la pureté absolue.

Toute trace d'attachement au mal doit être éliminé; chaque corriger les déformations de l'âme. La purification doit être complète, ce qui est précisément ce que l'on entend par l'enseignement sur le purgatoire de l'Eglise. Ce terme ne signifie pas un lieu, mais une condition de vie. Ceux qui vivent après la mort dans un état de purification, sont déjà dans l'amour du Christ qui enlève d'eux les restes de l'imperfection (cf. Conc Concile œcuménique Vatican Florence, Decretum pro Graecis:.... DS 1304; Conc Concile œcuménique Vatican Trente , Decretum de iustificatione: DS 1580; Decretum de purgatoire: DS 1820). Il convient de préciser que l'état de purification est pas une extension de la situation terrestre, si elle avait été donnée après la mort une autre occasion de changer leur destin. L'enseignement à cet égard de l'Eglise est sans équivoque et a été réaffirmée par le Concile Vatican II, qui enseigne: "Puisque nous ne connaissons ni le jour ni l'heure, nous devons, comme nous dit le Seigneur et restions constamment vigilants pour que, lorsque le seul cours de notre vie terrestre (cf. Hébreux 9:27), nous méritons avec lui de venir à la fête de mariage et être comptés parmi les bienheureux, personne ne commande, comme les serviteurs mauvais et paresseux, pour aller au feu éternel, en les ténèbres extérieures où "il y aura des pleurs et des grincements de dents"
(Mt 22,13 e 25,30) (Lumen gentium, 48).

6. Un dernier aspect important qui la tradition de l'Eglise a toujours indiqué doit être reproposée aujourd'hui: la dimension communautaire. En fait, ceux qui sont dans la purification sont unis à la fois avec les bienheureux qui jouissent déjà la vie éternelle pour nous et nous marchons dans ce monde pour la maison du Père (cf. CCC, 1032). Comme dans les croyants de la vie terrestre sont unis dans l'unique Corps mystique, donc après la mort ceux qui vivent dans l'état de l'expérience de purification de la même solidarité ecclésiale qui travaille à travers la prière, pour le suffrage et l'amour de leurs frères dans la foi. La purification est vécue dans le lien essentiel créé entre ceux qui vivent la vie de ce monde et ceux qui aiment la béatitude éternelle.

Il pourrait t'intéresser