Il douleur de Marie

Marie de Nazareth

De Henri Suso

Qui sera mes yeux tant de larmes? Combien sont les lettres à écrire, avec des larmes transparentes, les larmes pieuses de l'immense douleur de ma bien-aimée Lady?

Du Livret de l'éternel Sagesse

Pur-Dame et noble Reine du ciel et de la terre, touche mon cœur pétrifié avec le flot de larmes que vous avez versé l'amertume dans l'âme de ton Fils bien-aimé, sous l'arbre misérable, de sorte que les cœurs soient touchés et peuvent vous comprendre, en fait, la passion du cœur est d'une nature telle que personne ne connaît, sinon celui qui a goûté. Ah, il est maintenant mon cœur, Seigneur, avec vos expressions tristes et peu de mots que vous avez agi sous la croix quand vous avez vu votre Fils bien-aimé mourir douloureusement.

Avant d'arriver au pied de la croix, il y avait un grand sens et la douleur indicible, surtout quand je devais la première vue de mon fils maltraités, battus brutalement. Pour cette raison je restais mou et si épuisé, je fus conduit, à la suite de mon Fils bien-aimé, au pied de la croix. Mais ce que vous me demandez, voici ce que mon humeur et comment je me suis comporté, écouter autant que possible le savoir. En fait, il n'a pas été né un cœur peut le connaître à fond.

Regardez, toute la souffrance qu'ils ne connaîtront jamais un cœur peut être comparé à la douleur insondable mon cœur a souffert ensuite, ils sont comme une goutte d'eau par rapport à la mer. Par conséquent, il comprend cela: le plus aimé et doux est [pour nous], sont la perte insupportable et la mort. Il n'a jamais été né sur quelqu'un si tendre de la terre. Où quelqu'un d'autre a vu avant mon seul amour, si gentil et aimé par qui et en qui je devais absolument tout ce que ce monde pourrait donner? Il a été moi-même morte quand mon bel amour a été tué et puis je suis mort aussi. Mon bien-aimé est unique et était l'amour de ma vie, donc ma souffrance était unique et la souffrance a été la souffrance comme ne l'a jamais été.

Sa belle et rayonnante humanité a été pour moi une vision genre, son digne divinité était un spectacle doux pour mes yeux, en pensant à lui été la joie de mon cœur, parlant de lui a été mon passe-temps, l'écoute de leurs douces paroles, il était de mon âme comme une son harpe. Il était le miroir de mon cœur, la joie de mon âme. Le royaume des cieux et de la terre et tout ce qu'ils contiennent, j'avais en sa présence.

Quand je voyais mon seul amour devant mes yeux, plongé dans la misère de la mort, hélas, quel spectacle! Hélas, à quelle heure il était, il est mort sur moi!

Comment mon cœur, et mon esprit était mort! Comment je suis resté mou et comment allé mon chemin! Je levai les yeux, mais ne pouvais pas venir à l'aide de mon Fils bien-aimé; Je baissai les yeux pour voir que si misérablement abusé de mon fils! Mon cœur était mort, ma voix fanée et a perdu la force. Cependant, quand je revins à moi, ma voix a été renforcée au-dessus des autres voix et dit à mon fils ces mots: "Malheur à moi, mon fils, hélas, mon fils, hélas, miroir de ma joyeuse cœur, dans lequel je l'ai si souvent regardé avec joie, ce coulé je vous vois maintenant, devant mes yeux! Hélas, le trésor le plus précieux au monde, ma mère, mon père et tout ce que mon cœur ne peut l'imaginer, prenez-moi avec vous ! Ou qui vous voulez laisser votre mère misérable? Hélas, mon fils qui me donnera de mourir pour vous, portent cette mort amère pour vous?.

Hélas, la douleur d'une mère malheureuse privée de son amour, comment je bribes chaque joie, d'amour et de consolation! Hélas, la mort de faim! Pourquoi tu ne me manges pas? Prends-moi, profiter de cette pauvre mère pour qui la vie est plus amère que la mort! Je vois et je meure de la seule chose que mon âme aime Hélas, mon fils, bien-aimés!".

Regardez, comme elle pleurait si amèrement, mon fils m'a consolé avec beaucoup de gentillesse et, entre autres choses, il m'ai dit que l'humanité ne pouvait être racheté d'une autre manière et qu'il ressusciterait le troisième jour et comparaîtrait devant moi et les disciples et il a dit: "Femme, maintenez les larmes, ne pleure pas ma bonne mère, je ne vais pas abandonner pour toute l'éternité!". Et tandis que mon fils me consolait donc avec bienveillance, je recommandais au disciple qu'il aimait et qui était présent avec un cœur plein de douleur. Les mots ont pénétré si pitoyable et misérablement dans mes oreilles percées mon cœur et l'âme comme une épée tranchante. Cœurs aussi endurcis avaient alors grande miséricorde de moi. Je poussai ses mains et les bras et dans la misère de mon cœur, aimerais étreindre mes bonnes victoires, mais cela ne pouvait pas la méditation être accordée. Et, opprimé par la douleur, je l'ai ramené sous la croix, je ne sais pas en vertu parfois perdu ma voix. Et quand je revins, rien ne pouvait être accordé méditation. j'ai embrassé le sang qui coule de ses blessures, alors que mes joues pâles et ma bouche colorées la couleur du sang.

Disciple: Hélas, la docilité infinie, ce martyre insondable, quel supplice cette douleur est! Où suis-je dois courir, à qui dois-je adresser mes yeux? Si je regarde la belle Sagesse, hélas, je vois tant de douleur contre laquelle mon cœur a de couler! Ils crient contre lui, la lutte intérieure de l'angoisse mortelle avec lui; ses veines sont serrées, tout son sang coule. Il est un tout souffrir une mort seul, sans amour, sans aucun confort.

Si les regards se tournent vers sa plus pure Mère, ah!, Alors je vois un cœur tendre percé, comme si des centaines de couteaux qu'ils avaient criblé. Je vois votre âme pure, tous les martyrs. N'a pas été quelque chose comme ça geste de désir brûlant, personne n'a jamais rien que des larmes maternels entendu. Son corps faible est tué, vaincu par la douleur, son beau visage est repéré par le sang sans vie. Hélas, le regret et plus grand que toute peine, il! Le martyre de son cœur est présent dans la souffrance de la mère endeuillée, le martyre de la mère de deuil à la mort de l'innocent Fils bien-aimé, que la mort est plus douloureuse que sa propre mort. Il la regarde et la réconforte avec beaucoup de gentillesse, ses mains en criant tend vers lui et seraient malheureusement mourir à sa place.

Oh!, Lequel des deux est le pire? Lequel des deux souffre le plus de la douleur? Il n'y avait jamais la même valeur. Ah, cœur maternel, esprit féminin délicate! Comment ça n'a jamais été un cœur maternel portent cette immense souffrance? Ce cœur tendre soit béni! Comparé avec toute sa douleur, tout ce qui a été rapporté jamais ou décrit la souffrance du cœur est comme un rêve à cette réalité. Ses vous bénis, levant l'aube, sur toutes les créatures, et béni soit la prairie fleurie de roses rouges dans votre beau visage, orné de fleur rouge Ruby éternelle Sagesse! Hélas, vous, délicieux beau visage Sagesse, comment mourir! Hélas, vous, beau corps, comment vous êtes enclin! Hélas, hélas, Votre pur-sang, chutes comment chaudes sur la mère qui t'a enfanté! Hélas, vous tous, les mères pleurent pour cette souffrance!. Vous tous les cœurs purs, permettez-moi de pénétrer le sang des roses rouges purs, à la fois inondé la Mère cœur pur. Voici, vous tous les cœurs qui ne vous a jamais eu une souffrance intérieure et de voir ce qui a jamais rien de la souffrance cardiaque été. Pas étonnant que nos cœurs ici tombent en morceaux dans le chagrin et la pitié. La peine était si grande que brisa les pierres dures, la terre a tremblé et le soleil est sorti à souffrir avec son Créateur.

Si tu es intéressé