Notre Avvocata

Marie de Nazareth

Marie

DANS LA CONFIDENCE DU PATRONAGE DE LA TRES SAINTE MARIE.

Lorsque nous devons remercier la miséricorde de notre Dieu pour nous avoir donné Marie pour avocate, qui avec ses prières nous permet d'obtenir toutes les grâces que nous désirons.

St. ALPHONSE DE LIGUORI

"Ô merveilleuse bonté de notre Dieu qui t'a choisie toi comme avocate parmi ses rois pour obtenir tout ce que tu voulais! (s'exclame St. Bonaventure). "Si nous étions tous frères et pécheurs devant la justice divine nous serions déjà condamnés à l'enfer par nos péchés, sans nous désoler nous avons recours à cette Mère divine, protégeons nous sous son manteau, elle nous sauvera. Pour changer de vie: il nous faut une très bonne intention: une bonne intention et une grande confiance en Marie, ainsi nous serons sauvés, du fait que Marie est une avocate "puissante", une avocate "pieuse",une avocate "qui désire sauver le monde entier".

En premier lieu considérons que Marie est une avocate "puissante", qui peux tout auprès de ses juges au bénéfice de ses dévots. Ce privilège singulier accordé par le même juge qui est son propre Fils: " Ce grand privilège d'être la puissante Marie auprès de son Fils, disait Gio, Gersone qu'il n'y a rien que la Bienheureuse Vierge ne demande à Dieu avec une volonté absolue sans pouvoir l'obtenir; en envoyant comme reine, les anges pour illuminer, pour purifier et pour perfectionner ses serviteurs. C'est ainsi que l'Eglise inspire confiance envers cette grande avocate qui est une Vierge puissante, du fait qu'Elle est la Mère de Dieu, disait St. Antonino. Les prières de Marie, puisqu'elle est mère, ont une certaine raison de commandement auprès de Jésus Christ: et par conséquent il est impossible qu'elle ne soit pas exaucée lorsqu'elle prie...

Ainsi St. Théophile Evêque d'Alexandrie avait écrit ceci: "Le Fils apprécie d'être prié par sa Mère, du fait qu'il veut lui accorder tout ce qu'elle lui demande, pour la récompenser ainsi de lui avoir donné la vie". Ainsi le martyr St. Méthode s'exclamait: Réjouis-toi, réjouis-toi, ô Marie, d'avoir comme débiteur ce Fils, pour qui nous sommes tous les débiteurs, étant donné que tout ce que l'on possède nous est donné par toi.

Ainsi disait Cosma Gerosolimitano que l'aide de Marie est omnipotente: Oui, elle est omnipotente, le confirme Ricardo di S. Lorenzo, alors qu'il est juste que la Mère participe au pouvoir du Fils; le Fils étant donc omnipotent a fait la Mère omnipotente. Le Fils est omnipotent par nature, la Mère est omnipotente par toutes ses grâces;ce qui veut dire qu'Elle obtient ceci par les prières qu'on lui demande. Un jour Ste. Brigitte entendit Jésus dire à Marie: "Tu sais très bien, chère Mère, que j'exaucerai toutes les demandes venant de toi." Donc en voici la raison: "Etant donné que vivant sur terre vous ne m'avez rien refusé, je n'ai aucune raison de vous refuser, maintenant que nous sommes au Ciel".

Il n'existe donc personne que Marie ne puisse sauver par son intercession. Ô Mère de Dieu, rien ne peux résister à votre puissance du fait que votre Créateur estime votre propre gloire. Donc vous pouvez tout et vous pouvez aussi sauver tous les désespérés,disait aussi St. Pier Damiani.

DEUXIEME PARTIE

Considérant que Marie est une avocate aussi puissante que "pieuse" qui ne refuse à aucun de ceux qui ont recours à elle. Les yeux du Seigneur, disait David, restent tournés vers les justes, mais cette Mère de miséricorde (comme disait Ricardo di St. Lorenzo) maintient son regard sur les justes comme sur les pécheurs, afin qu'ils ne chutent pas, et si la chute se produit, elle intervient avec son intercession pour les relever disait St. Bonaventure, qui lui semblait, en regardant Marie, de voir la même miséricorde. St. Bernard aussi nous recommandait de se tourner vers cette puissante avocate avec beaucoup de confiance, elle était douce et rassurante pour chaque âme qui la priait...

Si bien que Marie qu'on appelait Olive: "comme un olivier majestueux dans la nature", étant donné que de l'olivier il ne sort rien d'autre, que l'huile qui est symbole de la pitié, car des mains de Marie il ne sortait que des grâces miséricordieuses qu'elle partageait avec tous ses protégés...

Mon Dieu,combien d'êtres humains qui se sont damnés alors qu'ils pouvaient avoir recours avec facilité, à cette Mère Miséricordieuse,sans le faire! disait un jour la Bienheureuse Vierge à Ste Brigitte! Je suis appelée la Mère de la miséricorde et je suis telle, par la miséricorde de Dieu...

Comme reine de la miséricorde elle est tenue à avoir soin des misérables, ô Mère de Dieu,vous êtes la reine de la miséricorde, en ayant beaucoup plus soin de moi qui suis le pécheur le plus misérable. Etant donné que vous êtes mère de miséricorde, pourquoi ne pas sauver de la mort tous les enfants infirmes; et pourtant St. Basile la surnomme: l'hôpital public. Les hôpitaux publics sont faits pour les infirmes pauvres, et celui qui est le plus pauvre à plus de raisons d'y être accueilli; ainsi selon St. Basile, Marie doit accueillir avec davantage de pitié et d'attention les plus grands pécheurs, qui ont recours à elle. Ne doutons pas de la pitié de Marie. Un jour Ste. Brigitte entendit que le Sauveur disait à sa mère:Lucifer le magnifique ne s'abaissera jamais à faire ceci,mais au contraire si le misérable s'abaissait devant cette divine Mère en la priant de l'aider: Marie avec son aide lui ferait quitter l'enfer.

Ainsi Marie dit à la sainte que lorsqu'un grand pécheur viendrait vers elle avec de bonnes intentions, elle l'accueillerait et le guérirait de toutes ses plaies,sans faire de différence. Pauvres pécheurs perdus, ne désespérez pas, levez les yeux vers Marie et vers sa pitié de bonne mère. Cherchons donc disait (St. Bernard) cette grâce que nous avons perdue, elle l'a retrouvée, disait Riccardo di S. Lorenzo;nous devons donc nous adresser à elle pour la récupérer. Lorsque St. Gabriel annonçait à Marie la maternité divine, entre autres choses, il lui dit: "Ne t'inquiètes pas Marie, car tu as trouvé la grâce". Mais Marie a toujours été pleine de grâces, comment pouvait-il dire qu'elle l'avait retrouvée?

Répond le Cardinal Ugon que Marie ne retrouvait pas sa grâce du fait qu'elle l'avait toujours eue, mais pour nous qui l'avons perdue: Ugon disait que devons nous aller lui dire: Madame,chaque chose doit être rendue à qui l'a perdue; cette grâce que Vous avez retrouvée n'est pas la vôtre car vous l'avez toujours possédée; elle est à nous,et nous l'avons perdue par notre faute, et donc à nous elle doit être rendue. "En effet, je ne dédaigne pas de soigner vos plaies pour ceci, on m'appelle car je suis vraiment la mère de la miséricorde"quot;.

TROISIEME PARTIE

Considérons que Marie est une avocate si pieuse que non seulement elle aide ceux qui la prient mais en plus elle cherche les plus pauvres pour les défendre et les sauver. Le démon rôde toujours partout en cherchant qui dévorer, disait St. Pierre. Mais cette Mère divine rôde toujours de droite à gauche cherchant qui sauver, disait St. Bernardino da Bustis. Marie étant mère de la miséricorde, il va de soi qu'elle cherche toujours à nous sauver, comme une mère voit tous ses enfants en danger... St. Germain disait:après Jésus Christ, elle a beaucoup plus soin de notre santé, que Vous, ô Mère miséricordieuse?

St. Bonaventure ajoute que Marie sollicite et secoure tous les misérables, qu'elle semble n'avoir aucun autre désir que celui-ci. ...Mais ceci n'est pas suffisant au cœur pieux de Marie, ajoute Riccardo di S. Vittore, Elle prévient nos supplications, et s'emploie à nous aider avant même que nous ne lui demandions. Le même auteur ajoute que la miséricorde de Marie est si immense qu'en voyant la misère son secours est immédiat... Comme chacun le sait, le même cas s'est produit aux noces de Cana en Galilée, alors que le vin venait à manquer, elle obtient de son Fils qu'un miracle puisse changer l'eau en vin, afin de tirer d'embarras les futurs époux...

Nous ne laissons jamais cette divine Mère avoir recours à tous nos besoins alors qu'elle se trouve toujours prête à aider ceux qui la prient. Bernardino da Bustis ajoute que plus Elle désire nous faire des grâces et moins nous désirons les recevoir. C'est ainsi, dit-il, que nous la trouverons toujours avec les mains pleines de grâce et de miséricorde. Son désir à Elle, disait St. Bonaventure, est de nous faire du bien et de nous voir sain et sauf. Il dit aussi que Marie est offensée par tous ceux qui ne la cherchent pas et celui qui a recours à cette divine Mère ne sera jamais damné: "Le salut est promis à celui qui l'invoque". Nous avons toujours recours à cette divine Mère en répétant ses paroles: "Ô Marie, Sainte Mère de Dieu, je ne me damnerai jamais en ayant placé en vous toutes mes espérances".

Si tu es intéressé